La maison Kabyle

Publié le par tiguert

Les Aith Yaala vivent en communauté dans des villages et leur habitat est essentiellement rural. Les maisons sont construites sur des lieux stratégiques : sommet d'une colline, pitons difficiles d'accès. De plus, de leurs villages hauts perchés, les villageois peuvent voir venir les ennemis de loin. Regroupées en villages les maisons se font face ou sont construites côte à cote.

 Chacune d'entre elle est entourée d'une cour clôturée de buissons d'épineux, « afrag » ou d’un mur en pierres sèches. Celle-ci peut englober plusieurs maisons dont les chefs de familles sont de mêmes parentés (frères ou cousins). Dans cette cour se trouve "thakhamt n tmess" ou "thintbekhth", littéralement la chambre du feu où les fagots de bois sont entassés. un crochet ou deux crochet en bois pour suspendre l’outre à eau « ayedidh ». Dans un coin se trouve, caché, le tas de fumier ou en jette les ordures ménagères et qui sert aussi de latrines « Agudi ». Les murs de la maison "akham" sont en pierre, et le toit en tuiles ou est plus rarement en chaume. La toiture est soutenue par des piliers (troncs d’arbres) « Ijga, (singulier) Ajgou » . Chaque couple possède une maison "Akham" ou "Takhamt". La maison ne comporte qu'une seule très

grande pièce. La vie commune est en effet de règle. Elle comporte une plate-forme de terre battue ou de bouse séchée « Aouens ». Une partie du sol est en contrebas : c'est « Adaynin », qui sert d'étable. Une banquette en maçonnerie le sépare de la pièce commune. En bas de la banquette sont creusées les mangeoires « el medoued ». Une soupente est aménagée au-dessus de «adaynin », qui tient de lieu de grenier « Taaricht » elle est éclairée par une lucarne. La pièce principale comporte une banquette en maçonnerie «Lakdar » , L'intérieur comporte des réduits où des ustensiles sont rangés « Thikouatine (singulier Thakouat) » et des deux cotés sont disposées les jarres pour le grain, l’huile et les figues séchées ( ikufan, singulier akoufi) ;( Takhabith, en plus grand


achebali ) façonné en argile . C'est dans cette pièce que se trouve le foyer (El-kanun) creusé à même le sol ; pour cuisiner et se chauffer. Enfin, dans cette pièce se dresse le métier à tisser traditionnel, « azetta ». Cette construction permet de préserver du froid en hiver et de la chaleur en été . Cette maison peut sembler modeste : elle l'est. C'est celle du paysan kabyle et de sa femme, souvent pauvres, et qui travaillent durement pour nourrir la famille. Maleureusement ces maisons tombent en ruine, et les nouvelles constructions n'ont aucun charme à coté de nos anciennes maisons.
 

Commenter cet article

tikka 17/03/2009 10:59

Fel jalim a thaddarthiw. Certe que c'est dans un cadre organise et structure qu'on peut debattre de la protection de l`architecture rurale kabyle.
Certe qu'on doit se comporter en tant que citoyen civilise,que soit de notre part ou de la part des autorites locales ou nationales.
Pour cela,un etat d`esprit des deux parts doit y regner.
Beaucoups d'etudes ont ete realise sur beaucoups de sujets malheureusement ils restent des etudes mortes au fond des tirroires de l'administration.
Helas ,vu la negligeance des propositions etalees par les chercheurs et etudiants,ces derniers convaicus de leurs recherches s`orientent vers des associations ou organisations, non pas nationales mais internationales afin de concretiser leurs projets ou etudes.
Ce qui engendre de mauvaises interpretations de la part de nos responsables politiques''esprit tribal...esprit de parti unique...''.......
Certe,il y a des preoccupations et des priorites directs du citoyen qu`il faut prendre en charge,mais agire en perspective pour les sujets'aleatoires',avant qu`il soit trop tard,surtout qu`il s'agit de patrimoine .
A mon sens,il faut attirer l'attention des concernes par le biais de nos associations credibles(pas des associations de *services*).
A titre d'exemple: -identifier les maisons se pretant le "mieux" a une operation de rehabilitation rurale traditionnel.
-etablire un inventaire des maisons pouvant etre inserer dans un projet qui va etre projete.
-formuler des suggestions,ainsi que elaborer un plan de travail.
-identifier et analyser du point de vue structural l'habitat kabyle,pour en arriver a mettre une *typologie representative*de l'habitat kabyle.
-envoyer aux autorites concernees....
Voila,ma modeste contribution a ce sujet,le sujet est ouvert....merci tiguert pour cette louable initative et avoire attirer l'attention et merci de vos commentaires.Mes salutations.
@@@ Cordialement tikka@@@@