LA BATAILLE DE TAOURIRT YAKOUB

Publié le par tiguert

La mémoire des Martyrs Mouloud Belouchat et Abdelhamid Regoui honorée.
 Les associassions des villages de Taourirt Yakoub d’Ighoudan -Bouaadalten, de Timenkache et L’association Guenzet Nath Yala, ont commémoré le 50e anniversaire de la bataille de Taourirt Yakoub où sont tombés au champ d’honneur les deux martyrs, Mouloud Belouchat et Abdelhamid Regoui le 28 mars 1960.
DSC04482.JPGDSC04491.JPG
 Cette commémoration, qui a eu lieu hier à Taourirt yakoub commune de Guenzet, a rendu hommage aux martyrs de la Révolution nationale, qui n’ont pas hésité à sacrifier leur vie pour que leur pays vive libre et indépendant. Mouloud Belouchat et Abdelhamid Regoui sont parmi les martyrs qui, tôt, ont rejoint les rangs de l’Armée de libération nationale dans la wilaya historique III. Une stèle commémorative à été érigé à la place même où étaient tombés les deux valeureux Martyrs les armes à la main, une gerbe de fleurs à été déposée et une minute de silence à été observé à leurs mémoires.
DSC04489.JPGDSC04495
Le parcours et le combat des deux martyrs Mouloud Belouchat et Abdelhamid Regoui, tombés au champ d’Honneur lors de la bataille de Taourirt Yaakoub, il y a 50 ans, ont donné lieu à une journée pleine d’émotions. Cette commémoration est ponctuée par des témoignages vivants des moudjahidine encore en vie, MOHABEDDINE LAALA de Taourirt Yakoub, SI AMAR EL HAFTI d’Ith Hafet, SI ABDERAHMANE (chambite) d’Aglagh N’salah, GUESSOUM HAMOU de Tourirt, ISSAD ABDELKADER de Tiguert Ndrar, BOUZIDI DAHBIA témoin oculaire de Taourirt, qui ont fait la lumière sur les exploits héroïques de Belouchat Mouloud et Regoui Abdelhamid.
DSC04507DSC04503

une conférence à été organisée à la maison de la culture du village Guenzet N’Ait Yala, par les associations d’Ait Yala, d’Ighoudan, de Timinikache, de Taourirt Yaakoub et de Bouaadalten, en coordination avec la Kasma des Moudjahidine de Guenzet, la commune, la direction des Moudjahidine et la direction des Affaires religieuses, a rassemblé une assistance nombreuse composée de centaines de citoyens, de Moudjahidine de la région et de compagnons d’armes, ainsi que des proches parents et amis des deux chouhada.
DSC04516DSC04499.JPG
Au cours de cette rencontre, les témoins ont fait le récit en détail de la bataille de Taourirt Yaakoub où tombèrent en héros les chouhada Mouloud Belouchat et Abdelhamid Regoui qui avaient rejoint très jeunes les rangs de l’Armée de Libération Nationale (ALN). Selon les compagnons d’armes de ces chouhada, les deux martyrs sont tombés les armes à la main, après avoir éliminé un capitaine et trois soldats de l’armée française.

DSC04487.JPGDSC04492

Mouloud Belouchat avait rejoint l’ALN, au village d’Ait Yala, en 1956, juste après sa libération de l’armée française au sein de laquelle, conscrit de force. il servit dans les rangs de l’ALN, Il fut chargé de l’approvisionnement de la résistance, avant d’être nommé adjoint politique du secteur II, dans la wilaya III.
DSC04505DSC04510
Le chahid Abdelhamid Regoui fut, selon les témoignages recueillis, secrétaire du sergent Belouchat avant d’être chef du secteur II. Il tombera en même temps que son responsable, après avoir remis les pensions et la zakat el fitr aux veuves de Chouhada, à leurs enfants et aux familles de prisonniers.

DSC04490.JPGDSC04496


L’assistance s’était auparavant recueillie et lu la Fatiha du Coran au cimetière des chouhada devant la stèle historique "le livre des Chouhada", au centre-ville de Guenzet, avant de se rendre au village de Taourirt Yakoub où s’est tenue la rencontre commémorative.

DSC04524DSC04517
Après la cérémonie, un déjeuner convivial à été offert à tous les présents à cette commémoration qu’ils soient à Taourirt Yakoub, à Ighoudan -Bouaadalten, à Timenkache ou à Guenzet.
DSC04525DSC04528

DSC04526DSC04527

DSC04529DSC04530

DSC04531DSC04532
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mahmoud 14/06/2011 21:52


à propos de l'accrochage du 28 mars 1960 un témoignage de dragons signale effectivement la mort du capitaine Pierre Gauthier (atteint de 2 balles), par contre un seul autre dragon est blessé. Le
témoignage mentionne 2 rebelles abattus.


mouata 19/05/2011 23:43


ga333333 nassssss akantouliii bien surrrrrrr


mouata 07/04/2010 15:21


li mayhabch thawrith yaakoubbbbbbb bagage degage


tikka 31/03/2010 15:08


Régions : SÉTIF
Thaourirt Yacoub se remémore comment mouraient les braves de l’ALN




«Je refuse de mourir dans le froid et le noir d’une grotte. Avant de disparaître, je dois accomplir quelque chose pour la Révolution.» Il l’a dit. Il l’a fait. Ainsi pensaient et agissaient les
braves, les vrais, de l’ALN.


Avant de tomber au champ d’honneur, le chahid Mouloud Belouchat, du nom berbère L’mouloudh Oumazouz, qui a rejoint les rangs de l’ALN en 1956, a abattu un capitaine de l’armée française. Il était
avec un compagnon d’armes, le chahid Regoui Abdelhamid, qui a rejoint à 18 ans (1958) les rangs de l’ALN de la Wilaya III pour mourir à 20 ans, les premiers jours du printemps de 1960. A eux deux,
ils ont fait face à une armada française pour faire honneur au courage de guerriers de la dignité et la liberté. Cela s’est passé à Thaourit Yaacoub, un village de Guenzet n’Ath Yala, au nord de la
Petite-Kabylie (Sétif). En ce printemps 2010, le 27 mars plus précisément, c’est non sans fierté et ferveur patriotique que les populations des villages, Ighoudane, Thimenkach, Thaourirt Yacoub et
d’autres localités des Ath Yala, ont commémoré le 50e anniversaire d’un fait d’armes des moudjahidine de cette région. Le lieu de cette commémoration (Thaourirt Yaacoub) n’est qu’à quelques
milliers de mètres de Thimenkach où est implantée la maison des Gaïd et le musée consacré à l’une des icônes de la révolution de Novembre : Malika Gaïd. C’est dire que les montagnes des Yalaouis
sont de véritables livres d’histoire de la révolution de Novembre. La foule était en effet nombreuse à se regrouper autour des ruines de ce que fut la maison des Bouzid où s’étaient retranchés les
deux martyrs pour faire face à la troupe française.
Sacrifice pour la dignité
Les faits : le 28 mars 1960, jour de l’Aïd El-Fitr, un groupe de 3 éléments de l’ALN terminait les visites aux familles des combattants de l’ALN et des détenus de l’armée française résidant à
Thaourirt Yaacoub lors qu’il s’accrocha avec des harkis. L’un des traîtres a reconnu le chef du groupe, Belouchat Mouloud en l’occurrence. L’armée française, renseignée sur l’importance du
personnage, accourut pour encercler le village. Un élément du groupe, Mahieddine Laâla, toujours en vie, a réussi à sortir de la bourgade. Il tira quelques rafales pour tenter de rompre
l’encerclement de ces compagnons. Ces derniers sont Belouchat Mouloud, né en 1920 à Thimenkach (Guenzet n’Ath Yala), chef du groupe chargé de collecte des finances, de l’approvisionnement, des
renseignements et du recrutement dans le secteur 2, région 4 de la zone 1 wilaya 3 (Grande et Petite-Kabylie) et Regoui Abdelhamid, né en 1940 en France, issu d’une famille de Thimenkach, qui
faisait fonction de secrétaire administratif du secteur. Hamad Bahdja, veuve de chahid, qui a rencontré, juste avant le début de l’accrochage, les deux chahids au seuil de la maison des Bouzid,
témoigne : «Quand Mazouz est arrivé à ma hauteur, il a enlevé sa gandoura et me l’a remise et m’a demandé de m’éloigner. Les soldats qui commençaient à encercler la maison étaient enragés. Ils
juraient qu’ils allaient tout faire pour humilier Mazouz. Ils lui ont demandé de se rendre. Il a refusé. De son côté, Hamid a brûlé les documents et le registre qu’il avait sur lui.» D’autres
personnes précisent : «Le chahid Belouchat a exigé la présence du chef militaire qui commandait le détachement pour négocier la reddition. Se sachant condamné, il a abattu le capitaine qui s’est
présenté devant lui. Par la suite, les militaires ont détruit la maison à coups de grenades.» Benadouda Malika, 70 ans, montée au maquis à l’âge de 19 ans pour travailler sous les ordres de
Mouloudh Oumazouz, se souvient parfaitement de ce grand homme : «Il m’encourageait à dépasser ma peur, car je n’avais que 19 ans. Il me chargeait de distribuer l’argent, les vivres aux familles des
combattants de l’ALN et des détenus. Lorsque ma mère, surnommée «l’hélicoptère blanche» pour sa mission de distribution du courrier, fut arrêtée, il m’a demandé de monter au maquis», dira-t-elle
avec émotion en ce jour de souvenir. Elle ajoutera : «Une fois, il m’a dit qu’il refusait de mourir dans le noir et le froid d’une grotte et qu’avant de disparaître, il doit accomplir quelque chose
pour la Révolution. Il a choisi lucidement sa destinée.» Ce qu’il accomplissait n’était, à ses yeux, pas assez pour la lutte armée. C’est la pensée des braves guerriers comme Belouchat Mouloud et
Regoui Abdelhamid. C’est certainement pour cette raison que les associations des villages Ighoudane, Thimenkach, Thaourirt Yaacoub, l’association N’Ath Yaâla du président Nadjib Athmani, soutenus
par la kasma locale des moudjahidine et Amar Benadouda, P/APC de Guenzet N’Ath Yaâla, n’ont pas rencontré de difficultés pour mobiliser la grande foule ce samedi du 27 mars. Beaucoup de femmes
étaient présentes sur les lieux. Après un moment de recueillement et le dépôt de gerbe de fleurs sur les ruines de la maison où périrent les deux martyrs, la foule s’est dirigée vers le centre
culturel du chef-lieu communal qui porte désormais le nom de Belouchat Mouloud. Laâla Mahieddine, le rescapé de cette bataille, Benadoudad Malika, Issad Abdelkader, Amar L’Hafti, ancien chef
militaire de l’ALN dans la région sont intervenus devant l’assistance, très attentive, pour décrire le combat de ces hommes. Tous les intervenants ont mis en exergue la contribution des femmes
yalaouies aux combats. Ce qui a incité le président Athmani qui dirigeait les débats, de demander des applaudissements de la foule. Des dizaines de youyous s’en suivirent. C’était la communion
entre les vrais libérateurs et la population. C’est l’Algérie profonde qui, humblement, sans trompettes ni fades oriflammes, cultive les valeurs de Novembre, loin des trahisons.
Abachi L.


adhrar 30/03/2010 21:02


merci beaucoup a tous ceux qui ont participer a cette grande evenement